Le rachat de crédits est une solution pour rééquilibrer votre budget. La question de l’endettement est au coeur de la démarche. Pourtant, si vous êtes inscrit au FICP pour ne pas avoir respecté votre engagement vis-à-vis de vos créanciers, pouvez-vous effectuer un regroupement de crédits ?

Fichier des Incidents de remboursement des Crédits aux Particuliers. Créé en 1990, ce fichier géré par la Banque de France recense les incidents de remboursements des crédits accordés aux particuliers. A ne pas confondre avec le FCC (Fichier Central des Chèques), qui répertorie les paiements sans provision faits par chèque ou carte bancaire. L’inscription au FICP intervient automatiquement lors de la mise en route d’une procédure de surendettement.

Vous êtes fiché au FICP dans les cas suivants* :

  • non-paiement de 2 mensualités consécutives d’un crédit
  • ou si le montant de l’échéance (non mensuelle) reste impayée plus de 60 jours
  • non-régularisation sous 60 jours d’un découvert au moins égal à 500€ après mise en demeure de la banque.

L’inscription dure 5 ans pour les incidents de paiement caractérisés. Une inscription au FICP ou au FCC est forcément très pénalisante pour obtenir un nouveau crédit. Néanmoins, le rachat de crédits échappe à la règle.

Etre fiché à la Banque de France n’est pas une fatalité. Si l’octroi d’un nouveau crédit est a priori rédhibitoire quand on est inscrit au FICP, l’accès au rachat de crédits est toutefois possible, à la double condition :

  • être propriétaire de votre bien immobilier, que ce logement fasse l’objet ou non d’un crédit en cours
  • ne pas avoir déposé de dossier auprès d’une commission de surendettement.

Bien qu’il s’agisse d’un nouveau crédit, l’opération permet de réduire les mensualités et d’abaisser le taux d’endettement mensuel. Le retour à une situation financière saine va vous permettre de radier votre inscription au FICP.

En effet, toute régularisation de paiement entraîne la radiation anticipée du FICP.

Le nouveau crédit sera un rachat de crédits hypothécaire dans lequel votre logement servira de garantie.

Attention : si vous n’honorez pas cette dernière dette, vous risquez de perdre votre bien immobilier.

Un conseil : faites appel à un courtier pour soutenir votre demande auprès des banques ou des organismes spécialisés. Il trouvera les arguments pour faire valoir votre dossier. *réf. Arrêté du 26 octobre 2010 relatif au fichier national des incidents de remboursement des crédits aux particuliers