Les professions libérales constituent une catégorie d’actifs avec des spécificités économiques, juridiques et fiscales. Si leurs revenus se situent bien souvent au-dessus de la moyenne, les risques financiers sont eux aussi plus élevés. Le rachat de crédits offre une solution simple et adaptée pour contenir la pression financière que subissent les personnes exerçant une profession libérale.

Les professions libérales (architecte, profession médicale et paramédicale, avocat, notaire, huissier, comptable, profession à caractère artistique ou intellectuel) disposent généralement de revenus supérieurs à la plupart des autres activités.
Revers de la médaille, les charges liées à l’exercice sont lourdes (investissements pour rester performant) et les revenus, parfois aléatoires et irréguliers, peuvent varier d’une année sur l’autre. Sans compter, pour certains, la porosité entre vie privée et vie professionnelle quand l’endettement est trop lourd.

Les banques accordent aux personnes exerçant une activité libérale des crédits à des taux performants, mais sur de courtes durées pour réduire les risques inhérents à ces professions. Une situation génératrice d’un malendettement si l’accumulation des crédits n’est pas maîtrisée.

Comme pour tout emprunteur présentant un taux d’endettement excessif, le rachat de crédits apporte une solution aux personnes exerçant une profession libérale.