Le statut de fonctionnaires confère une sécurité de l’emploi dont ne bénéficient pas les autres catégories d’actifs. Pour les banques, ce profil est rassurant lors qu’il s’agit d’accorder un nouveau prêt. Quelque soit sa situation patrimoniale, un fonctionnaire ou assimilé aura plus facilement accès au rachat de crédits.

Aucune catégorie socio-professionnelle n’est épargné par un endettement excessif. En dépit de revenus stables et réguliers, un agent du secteur public peut avoir des difficultés à honorer ses mensualités de crédits et se retrouver dans une situation financière délicate.

Aléas de la vie ou crédit de trop, le déséquilibre budgétaire s’installe, d’autant que les revenus n’augmentent pas ou peu. S’il perdure, il risque de conduire au surendettement. Le rachat de crédits est une solution simple pour retrouver des finances saines. Facilité de refinancement pour les fonctionnaires Personne n’ignore que les banques accordent plus facilement leur confiance aux emprunteurs qui présentent une garantie pérenne de solvabilité.

La stabilité de l’emploi assortie d’un salaire fixe offre aux organismes de crédit la garantie d’être remboursés. Les fonctionnaires d’Etat, des collectivités territoriales, et du secteur public (armée, ministères, entreprises et organismes publics) peuvent aisément refinancer leurs différents crédits en cours quelle que soit leur situation personnelle :

  • propriétaire
  • locataire
  • hébergé en logement de fonction
  • hébergé à titre gratuit.

Il n’existe pas de rachat de crédits spécifiquement dédié aux fonctionnaires. Seul ce statut confère un accès plus aisé au regroupement de crédits. L’offre de refinancement dépendra du taux d’endettement, du montant des crédits à racheter et de la capacité de remboursement, à l’instar de toute demande de rachat de crédits. Même les agents non titulaires peuvent obtenir une solution pour restructurer leurs dettes.

Tous les prêts et dettes en cours peuvent être intégrés dans le rachat de crédits :

  • crédit immobilier
  • crédits à la consommation
  • découvert bancaire
  • dettes familiales
  • retard de paiement.

La nouvelle mensualité sera adaptée à la capacité de remboursement et tiendra compte du reste à vivre. Elle peut être réduite jusqu’à 60% par rapport au total des mensualités initiales. Une garantie hypothécaire sera prise si l’opération comporte un prêt immobilier.

Si la situation l’autorise, une trésorerie additionnelle ou un nouveau crédit pour financer un projet peut être ajouté au rachat de crédits.